Lettre à Un Moulin

A l’attention du Sieur Rachid Nini,

Monsieur,

Permettez-moi tout d’abord de me présenter, je suis un non-lecteur de votre chronique. Vous pensez-sûrement que ce n’est en rien un scoop, que beaucoup de personnes ne partagent pas vos idées et que même certains vous croient de droite alors que la mode est d’être à gauche. Rassurez-vous, je ne vous ferai point cet honneur. Mon humble opinion est celle-ci : je crois que vous n’avez pas d’idées. Non que vous soyez autiste, ou que vous souffriez d’un quelconque mal psychologique ou mental, je ne suis pas médecin et je ne me permettrai pas de le prétendre. Mais je pense que vous n’avez jamais fait l’effort de réfléchir aux choses de la vie, qu’il ne vous jamais arrivé d’avoir une opinion. Je refuse donc par principe et par respect à Kant et à la pensée rationnelle de vous lire.

Je vois vos lecteurs vos fans rougir de colère, ceux qui sont devenus « béni ni-ni » à force d’ingurgiter quotidiennement vos torchons de papiers. À ceux-là j’aimerai attirer l’attention sur le caractère aléatoire de vos pensées, tantôt complaisantes envers certains, des fois entièrement soumises à Sa Majesté, et souvent virulentes aux penseurs libres comme aux makhzenistes primaires, aux homosexuels comme aux barbus. Au point où, un peu paranoïaque et complotiste sur les bords, je me suis surpris à croire que c’est votre banquier et non votre petite personne qui fait la ligne éditoriale de votre journal. Car en effet, tel un caméléon ou telle une prostituée, vous être en mesure de changer d’avis sur un coup de chèque tête sans pouvoir un instant consulter votre intellect ou même votre égo. Je ne saurais mettre fin à ce paragraphe sans présenter mes excuses aux associations de défense des caméléons et à toutes les prostituées pour lesquelles j’ai beaucoup d’estime, une certaine pitié et un soupçon de tendresse. Vous vous en doutez, Monsieur, vous ne suscitez chez moi aucun de ces sentiments dans la mesure où c’est votre esprit, et non votre corps que mettez aux enchères.

Il m’est arrivé aujourd’hui, que les réseaux sociaux en soient damnés, de lire au sujet d’un article du Monde sur la liberté de la presse au Maroc. Je vais être honnête avec vous, je suis triste en ces jours malheureux où je suis amené à cesser mon abonnement à cette publication autrefois prestigieuse. Ce journal que mon père ramenait à la maison hebdomadairement avec une certaine fierté et non sans arrogance de pouvoir lire et comprendre un journal de qualité, lorsque mon âge et ma culture ne me permettaient guère que de lire Libération et Ittihad Ichtiraki. Mais rassurez-vous, malgré ce reproche que je fais maintenant au Monde, je ne me permettrait pas un instant de le comparer aux bassement serviles publications marocaines. Pour tout vous dire, je suis persuadé que l’éditeur de la brochure de l’UMP est bien plus indépendant qu’un quelconque journaliste de votre entreprise.

Vous paraissez furieux tel un gamin gâté de n’avoir pas été consulté par la journaliste du Monde à propos du sujet en question. Je me permets ici de vous en expliquer les raisons :

A l’image des grands hommes du siècle passé, vous trairez les juifs avec un égard propre aux antisémites notoires, ce qui peut paraître à première vue normal dans pays où la littérature nazie est en vente libre. Vous croyez nécessaire de rajouter l’épithète juif à chaque fois que vous évoquez une personne de confession vraisemblablement juive. L’observateur Oméga ne manquerait pas non plus de souligner le parfait cliché que vous avez pu dresser dans votre torchon : le juif, l’agent, les médias, la traitrise. Le juif est fourbe, n’est-ce pas, Sir ?

Autre subtilité, dont seuls vos confrères de l’Ordre des Racistes Avérés sont capables, vous mettez le nom d’Azoulay entre guillemets. Particulière à la langue arabe, cette technique permet d’identifier les noms étrangers dont la transcription en lettres arabes est difficile à lire. Certains de vos lecteurs me diront que je devrai m’instruire, que cela est commun à tous les noms propres étrangers « أسماء عجمية « . Ce qui est loin d’être le cas, puisque à ma connaissance même Nini n’existe pas dans la langue Arabe. Il s’agit bien évidement ici d’une discrimination en raison de la religion honteusement hébraïque de M. Azoulay. ¨Petite ironie tout de même, vous ne dites jamais «  le juif Azoulay « . Vous n’oserez pas, sinon vous serez obligé de vous mettre à genoux encore une fois pour demander pardon à Dieu Sa Majesté. Il se trouve que ce conseiller de roi, aussi malhonnête qu’il puisse être, est aussi marocain qu’un quelconque autre, et que par conséquent, votre insinuation donnerait à n’importe quel officier SS l’envie de gerbe.

Vous finissez votre article par une suggestion de chimio-thérapie pour se débarrasser de ce cancer. Malheureusement, la chimio-thérapie ne reconnecte pas les neurones  de façon à vous rendre un semblant de dignité, auquel cas même un première année de médecine vous la prescrirait.

En somme, votre article m’a rappelé l’image de l’âne faisant pivoter un moulin à huile d’olive. La pauvre bête asservie a l’impression d’avancer, mais elle pourtant est la seule à le croire.

Vous comprenez maintenant une des raisons pour lesquelles vous n’avez point été consultépour la rédaction de l’article du Monde, il se trouve que de l’autre côté de la méditerranée, on parle un langage noble qui n’est point le votre.

Vous vous demandez certainement pourquoi cette lettre, faussement insultante, vous est adressée à vous et non à un autre khoubzou-makhzeniste au nom doré par exemple. Les raisons en sont simples à comprendre, je veux dire, même pour vous. Vous êtes le seul à jouer double jeu, à jongler entre les différents hommes puissants de ce pays. C’est dangereux, et je crains qu’une lettre d’excuse ne suffisse.

Un jour, lorsque la mafia du pouvoir n’aura plus besoin de vos services, vous coulerez une bonne fois pour toutes, et je crains ce jour comme la peste. Vous comprenez, contrairement à vous, ma dignité de simple citoyen m’obligera à souffrir la prise de votre défense. Vous comprenez que cela m’est insupportable, vous comprenez que je puisse en perdre la raison, vous comprenez que mon esprit, ne pouvant surmonter cette incroyable contradiction pourrait refuser de fonctionner un jour de plus.

Pour cette raison, Sir, je vous le demande, je vous en conjure, cessez toute activité de production intellectuelle.

Avec mes salutations,

Abou Lahab

A propos aboulahab

J'ai couché avec ta mère. Depuis, je suis gay. Contact : abbou point lahab (chez gmail point com)
Cet article, publié dans Plubôpaysdumonde, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Lettre à Un Moulin

  1. Brahma Tahani dit :

    Moi je crois plutôt que la mode est d’être NIHILISTE , la gauche marocaine en a pris un sacré coup après avoir instrumentalisé son idéologie et sa lutte contre la colonisation pour servir le pouvoir .
    Après maintenant on dit « communiste » c’est comme si on disait juif , ou gays ou handicapé !
    En tout cas je te félicite pour ton article et ton blog je me suis pas ennuyée une seule seconde j’ai même pris un malin plaisir à tout lire d’un coup , pour le plus grand bonheur de mes yeux, quoi que te lire me fait réaliser how my blog sucks.
    Bonne continuation

  2. Brahma Tahani dit :

    Un autre truc, si Rachid Nini devrait ( et je suis parfaitement d’accord)  » cessez toute activité de production intellectuelle » , Abou Lahab par contre devrait augmenter sa production intellectuelle.
    Au plaisir😉

    L’indienne

  3. Salvadorali dit :

    salam

    ton invitation faite à rachid nini de cesser toute activité intellectuelle relevait du persiflage comme l’un des beaux arts, c’est clair ! purée, tu lui as mis la dose, le dire j’ose. mdr !

    il se trouve que je n’aime pas trop non plus ce que commet nini depuis qu’il ne nous sert plus ses salades nostalgiques à la télévision, où il aurait dû avoir l’intelligence de faire carrière, il était doué pour ça.

    son drame est qu’il a très vite atteint son niveau d’incompétence en se recyclant dans la presse, déjà du temps ou il chroniquait dans essabah, ses pieds commençaient déjà à sortir des paniers. ça n’a fait qu’empirer évidemment avec al massae, mais comme il faut faire tourner la machine et le bizness, ça explique que son canard et lui sévissent toujours.

    il demeure que rachid nini incarne brillamment le génie du peuple marocain, en déplorant qu’il ait autant dévoyé son génie.

    je rejoins en cela le discours, dont tu te moques, de khalid naciri, auquel je ne voue pas une énorme sympathie à titre personnel mais dont je partage les convictions sur la base de ce fameux discours sur le « nihilisme » paru dans le matin.

    mais plutôt que de m’en tenir à l’usage sans doute excessif que m. naciri fait de ce mot, je retiens de l’analyse (signée de son nom) la démission et/ou le dévoiement des intellectuels et autres relais de citoyenneté consciente, agissante et surtout responsable.

    à part ça, j’ai eu l’occasion récemment de parler de rachid nini pour en relever la malutilité, tu apprécieras donc peut-être de lire ça sur le blog notes de salvadorali :

    http://salvadorali.centerblog.net/155-famille-ayouch-hicham-aurait-du-fermer-sa-bouche

    • aboulahab dit :

      il demeure que rachid nini incarne brillamment le génie du peuple marocain, en déplorant qu’il ait autant dévoyé son génie.

      Pour être honnête, je n’aime pas cette phrase.

  4. Anonyme dit :

    l’islam c’est la seule religion accepté par ALLAH, tu veut ou tu ne veut pas, tous se déroule contre toi et tu va le savoir lorsque ton âme quitte ton corps, en ce moment là tu peut dire ce que tu à au grand dieu. combien tu va vivre d’après toi un siècle maximum mais tu va rester enterrer des siècles, tu sait que tu souhaite en ce moment là ? mois je vais te le dire : tu souhaite de revenir au monde pour corriger ta mauvaise carrière mais le grand dieu va te dire c’est impossible c’est un sens interdit.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s