Le dégoût – 1

Dans le métro

Trois filles, deux noires, une arabe.
Trop jeunes pour la prostitution, trop vieilles pour l’innocence.
Jean’s moulants. Cheap.

Jupes courtes, décolletés. Aucun style, si ce n’est la vulgarité.
Rires forts.
Ratent presque leur station métro, s’en rendent compte entre un “wesh” et un “ c’est juste la pétasse de son ex”.
Montent aux Halles, descendent à Barbès. Classique.
Efforts esthétiques considérables. Ratés pour la plupart.
Conversation, entre deux coups-d’oeil sur leurs portables, ragots.
Magazine “féminin”. tourne rapidement les pages, s’arrête sur une pub, rires.
Cherchent désespérément à attirer l’attention.
Des gestes rapides, vifs, impliquant tout le corps. Beaucoup d’énergie, vaine.
Boucles d’oreilles, brillantes, grossières. Achetées à 1€. Les trois paires.
Je cherche un détail qui ne correspond pas au cliché post-pubère pré-pute. Aucun.

A propos aboulahab

J'ai couché avec ta mère. Depuis, je suis gay. Contact : abbou point lahab (chez gmail point com)
Cet article, publié dans France d'en bas, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

8 commentaires pour Le dégoût – 1

  1. lesgensbiens dit :

    jai adoré!les gars,continuez comme ca,jai adoré ce blog!Chapeau bas!

  2. natacha dit :

    marrant quoique misogyne😀

  3. tachfine dit :

    eh oui les pauvres fiellettes…je remarque que la game semi-putes devient de plus en plus large partout …naaaaaaayda

  4. Sarish dit :

    Eh, faut pas pousser ! Des « pré-putes », y’en a de tous genres, « élégantes, fashion, chic avec sacs Longchamp et tout le bordel » ou « cheap » habillées chez Tati ; et parmi toutes, il y en a forcément une que tu trouves à ton goût. Ça m’étonnerait que tu fantasmes sur la femme avec des poils sous les bras et sur les jambes pas à la mode mais plus libre-pensante, quoi qu’on ne sait jamais, peut-être…

    • aboulahab dit :

      Certes, il y en a de tout. Mais la ça paraissait vraiment inévitable. Il faut comprendre qu’il n’y a rien de sexiste dans l’histoire : de même qu’un petit-ado-wesh-t’as-vu-je-casse-la-vitre-du-bus finira probablement dealer de drogue ou dealer de culs, les filles finissent au bordel.

      Classique.

      (cela dit ce n’est pas mon genre de putes)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s