Fadoua est morte, le Makhzen est bien vivant

Vous voulez les misérables secourus, moi je veux la misère supprimée.

[V. Hugo]

Fadoua n’était pas une héroïne, elle n’a rien fait dans sa vie qui mérite d’être rapporté. Car Fadoua a mené ce genre de vie banalement misérable, qui aurait pu se prolonger pour ressembler à celles de millions d’autres, pour s’éteindre un jour, victime du manque de lits ou de personnel médical dans un hôpital public.

Fadoua avait sûrement une télé dans cette sorte de construction moyenâgeuse qu’elle devait appeler maison. Elle regardait sûrement ces chaînes nationales, où l’on y évoque à longueur de journée les avancées en matière de développement économique et social, des avancées non chiffrées, pour lesquelles personne n’a été consulté. Faut-il rappeler les irrégularités, connues par tous, inhérentes à ce genre de projets dans le plus beau pays du monde ?

Pendant que le Makhzen était occupé à s’enrichir, à tabasser les marocains libres, à orchestrer sa propagande médiatique que plus personne ne croit, Fadoua devait attendre patiemment son tour, une charité qui viendra, un jour, au hasard du bon vouloir d’un je ne sais quel responsable, ou je ne sais quelle autre visite royale.

Je n’ai jamais connu la misère. A peine l’ai-je vue. Cet état persistant de faim, du futur incertain, de crainte de cette maladie ou cette calamité qui raflerait le peu d’économies familiales. Et encore, avez-vous déjà essayé de vous faire soigner dans un hôpital public ? Avez-vous déjà eu affaire à un avocat commis d’office pour vous défendre d’une injustice devant une cour de justice aux abois ? Même avec l’argent qu’il faut, même avec les connexions qu’il faut, le marocain peine à trouver une école correcte pour ses enfants, une clinique avec des médecins compétents pour se soigner, et le travail de la justice se réduit souvent à un combat de pots-de-vin et de pistons. Triste réalité.

Fadoua voulait un toit décent. Peut-être une première étape pour se sentir un tant soit peu en sécurité, peut-être avait-elle des projets, un petit commerce, un petit boulot pour que ses enfants échappent au sort terrible que la vie lui a réservé, à elle. Mais un responsable quelque part en a décidé autrement. Sous prétexte que c’est une mère célibataire, donc ne pouvant être chef de famille, elle n’aura pas accès à son logement social, et la destruction de son taudis a été décidée. Elle se retrouve donc à la rue. Avec ses enfants. Elle n’a pas pu le supporter.

Peu avant son geste tragique et spectaculaire, elle fit un discours, une sorte de dernière volonté, “sarqouli berrakti” répétait-elle, avant de s’immoler – On m’a volé mon gourbi. Fadoua aurait pu mettre un terme à ses souffrance plus discrètement, mais ce n’était pas là son objectif. Si elle voulait simplement fuir l’âpre vie, elle aurait mis fin à ses jours d’une manière moins douloureuse. Car c’est bien ce qu’elle voulait : attirer l’attention, fût-elle posthume, de la société sur sa situation. Peut-être espérait-elle que l’affaire soit médiatisée, et que ses enfants bénéficient d’une certaine charité qui les sauverait de la précarité à laquelle sont destinés la plupart de nos compatriotes*. Elle n’a même pas eu, à la fin, droit à une dépêche MAP. Indigne Etat.

 

...

 

On m’a volé mon gourbi ! ”. Elle n’a pas nommé un responsable. A-t-elle réussi à en identifier un ? Probablement pas. Dans un pays qui respecte ses citoyens, une enquête aurait été diligentée pour donner des noms, punir ceux qui le méritent, pallier à l’incohérence juridique s’il y en a une. Ce n’est pas le cas chez nous, car le responsable est tout un système, celui-même auquel les jeunes du 20 février voulaient mettre un terme. Cet espèce de monstre sans âme porte un nom : le Makhzen.

Un jour viendra, où ça sera au tour du Makhzen se consumer dans les flammes de notre volonté de changement. La situation des Fadoua n’en sera pas améliorée du jour au lendemain, je le concède. Mais la responsabilité ne sera plus celle d’un corps politique abstrait et ubique qui n’oeuvre que pour sa propre survie, mais celle de toute la société, de tous les individus, de tous les sujets désormais citoyens. Et je crois sincèrement qu’une fois leur destinée entre leurs propres mains, les Hommes en font le meilleur usage possible.

* La pauvreté- au sens du PNUD – touche 8.9 millions de marocains. Autant de Fadoua Laroui.

Fadoua Laroui dans la presse internationale :

Fadoua Laroui: The Moroccan Mohamed Bouazizi – Laila Lalami, The Nation

– One Moroccan Woman’s Fiery ProtestThe HuffPo

Dépêche AFP

RIP Fadoua Laroui : Blog d’AbMoul

A propos aboulahab

J'ai couché avec ta mère. Depuis, je suis gay. Contact : abbou point lahab (chez gmail point com)
Cet article, publié dans Plubôpaysdumonde, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

33 commentaires pour Fadoua est morte, le Makhzen est bien vivant

  1. Fajr Breeze dit :

    الله يرحمها
    Les gens regardent le résultat, mais pas la cause.. A bas le Makhzen

  2. agharass dit :

    RIP Fadoua Laroui !

    J’ai entendu pas mal de connerie hier soir que là j’espere que pour une fois l’humain soit en mesure de dire du bien d’une personne morte.

  3. M.N dit :

    Llah yrhemha. Je suis aux larmes. Honte à un pays qui se croit aller en avant.

  4. kadour dit :

    Je constate, avec plaisir, que ce billet s’éloigne de la satire pour condamner directement un état de fait.

    Bien…je pense qu’il est temps d’arrêter d’user du terme de « Makhzen » (dont beaucoup nient l’existence) et de parler directement de ce qui a causé cette tragédie: A savoir, la religion d’état. Tout ce qui mêle le dieu d’un bédouin d’Arabie à la gestion de la chose publique est une catastrophe!

    Merci pour le billet, et longue vie à Takhouar!

    • MC dit :

      Tout à fait d’accord avec Kadour, le véritable problème est le roi. À bas la monarchie de droit divin en 2011 et tout le système corrompu qui l’entoure! Nous ne croyons pas que la descendance d’un quelconque prophète ait le droit de pourrir la vie de milliers de personnes et de tenir l’avenir de tout un pays entre ses mains sales!

  5. Citoyen dit :

    Fadoua représente tant de jeunes femmes au Maroc !

    Triste…

    Les dépêches de la Map sont ailleurs, occupées à nous annoncer le jour même des funérailles de cette jeune maman de 2 enfants que : « La Famille Royale, en parfaite communion avec l’ensemble du peuple marocain, célèbre, lundi, dans un climat de joie et d’allégresse, le quatrième anniversaire de Son Altesse Royale la Princesse Lalla Khadija, une célébration qui témoigne des liens d’affection indéfectibles entre le peuple et le Trône Alaouite. » !!!

    http://www.map.ma/fr/sections/accueil/le_peuple_marocain_c_1/view

    Le jour même des funérailles de cette jeune maman de 2 enfants, des enfants à peu près du même âge que leur princesse qui était aux anges, devenus hélas orphelins par les injustices du Makhzen alaouite !

    • ouldhamdi dit :

      Allah yerhmha,mais pourquoi il faut toujours coller les mauvais gestes a l état,pourquoi vous n incriminer jamais un citoyen , pourquoi toujours tahet essamaa. alekou al hajam ? a force d’ accuser se pauvre makhzen qui n est que l appellation beldia de l état,le discourt fini par ne plus être crédible !!

      • Citoyen dit :

        Voici pourquoi :

        Parce que l’Etat marocain et ses institutions qui s’appellent le Makhzen n’ont pas émané de la volonté populaire et donc ils ne représentent pas le citoyen.

        Le système monarchique absolutiste est « sacrée » par la force de la loi de la jungle qui s’appelle le Makhzen et par la force de son instrument répressif qui s’appelle aussi le Makhzen !

      • kadour dit :

        Tu rigoles? Tu a idée sur le calvaire des mères célibataires auquel l’état ne reconnaît aucun statu familial? C’est un traitement ignoble indigne du 21eme siecle.

  6. allez prier avant daller au bar et taisez vous dit :

    Le problème viens surtout de notre foutu mentalité si les jeunes prenaient la peine de s’intéresser au droit de la femme , et demander la légalisation des situations des mères célibataires , on en serait pas là , mais kan il ya rien kune moudaouana pour la femme , ou kan essaie d’ abolir la polygamie tout le monde crie au scandale , les préceptes religieux , voila ne reprochez pas au makzan d’apliquer les regles défendues par notre mentalité de merde , « c une femme célibataire ayant des bâtards , sans mariage « , selon une majorité de marocain …….. si le peuple ne lui reconnait aucun droit ne demander pas au makhzan de lui en accorder , c malheureux mais nous sommes nos propres ennemis , personne ne prendra cette femme comme emblème , pcke pour eux c plus ni moins kune femme facile ….

    j’aurais pu sortir chak jour crier et protester , partout contre vent et marré si je savais ke mes compatriotes pensent ke la précarité est égale à tous niveaux mais non les putes, les femmes ayant commis des erreurs , ou simplement les femmes n’ont aucun droit dans ce monde même pas celui de souffrir , et ce droit ne leur ai pas simplement pris par le malkhzen mais par tous les marocains ,

    alors pour moi ceux ki crient pour la liberté , celle d’imposer de jour en jour leur machisme kils défendent par une interprétation tout à fait erronée du coran , ou ceux ki sont prétendument ouvert d’esprit mais ki au fait sont simplement des soulards avec la même mentalité : « le respect se mérite mais ne s’accorde jamais à une femme » …..; je leur dis avec toute fierté j’espéré que vous pourrirez dans votre silence , au moins il y a des lumières d’espoir avec mohamed 6, on espère juska maintenant personne n’ a fait mieux en terme d’ égalité , et aussi le peu d’acquis kon a faut le préserver , son pire ennemi c ‘est l’anarchie qui ouvre les brèches à des extrémistes déguises.

    • Sarai dit :

      Il faut savoir que la plupart des mères célibataires au Maroc sont des femmes de ménage violées ( je cite Aicha Ech-Chenna). Donc ce n’est pas seulement question de ‘filles faciles’ (- quel terme répugnant et insultant!). Le fruit de leurs entrailles est celui d’une trop longue soumission à leurs employeurs, au silence de leur famille – ‘hchouuma’, à leur précarité, analphabétisme, au manque de droits, au système judiciaire en faillite, au manque d’éducation sexuelle….et la liste est encore longue.

      • allez prier avant daller au bar et taisez vous dit :

        comme tu le dit la liste est longue pkoi ces revendications ne sont pas au jour des revendications faites par ces leaders du changement , et ces cas ne sont pas défendues par ceux ki pretendent porter le flambeau du changement au Magreb , la tunisie voit une montée d’islamisme , de crimes contre les femmes ….. c ca le changement j’en veux pas

    • kadour dit :

      Oh putain…arrêtes de plaider cet islam ésotérique qui n’existe que dans ton imagination! Le coran et le hadith demandent de flageller ou de lapider les fornicateurs, et de tuer les apostats. Point a la ligne!

  7. Sarai dit :

    Excellent post. Par contre pour moi, c’est une héroïne d’avoir choisi de garder ses deux enfants et d’essayer de les élever dans une société qui est sans pitié pour sa situation et pour qui elle était et demeure une paria. Combien de Fadwa nous faudra-t-il avant de nous lever unis contre cette abomination? Je me demande également si F. Laroui aurait été Fouad Laroui: lui aurait-on refusé l’aide gouvernementale? Pourquoi, nous femmes, sommes-nous toujours stigmatisés? Elle était la chef de famille et ce indépendamment de ce que le texte de loi hypocrite peut insinuer car où est cet homme qui l’a si lâchement abandonné? Tant de questions et encore aucune réponse. Je refuse de rester silencieuse face à l’hypocrisie et la petitesse de toute une société.

  8. eplume dit :

    Encore une fois de plus, l’exception marocaine se manifeste.
    Un jeune s’est immolé en Tunisie, cela a mobilisé les citoyens tunisiens chez lesquels on retrouve encore des grains d’âme. En effet, cette immolation a produit une régénération de ces grains à tel point qu’elle a fini par redonner à l’âme tunisienne toute sa grandeur. Une Âme aussi noble qu’elle a pu dénuder le pouvoir illusoire d’un tyran et rendre justice au peuple.
    Au Maroc, je me demande juste si nos concitoyens disposent encore ne serait-ce que d’un grain d’âme, infiniment petit soit-il, susceptible d’être un jour régénéré.
    Pauvre exception marocaine!

    • allez prier avant daller au bar et taisez vous dit :

      oui je trouve noble la réaction des tunisiens , mais voir comment ca se passe aprés , les juifs recoivent des lettres de morts par un certain « tikiza « sur face , le quartiers ou il y avait les maison closes (pck’en tunisie on peut reprocher à Benali ce kon veut mais il a etait un précurseur dans les droit de la femme) , se font attaquer , des femmes se font violer ….. vous savez la mentalité magrebine est bizarre pour eux la femme est source de problèmes, de 7RAM ce n’est pas ke chez les hommes c même les femmes ils aident à propager ce fléau , en éduquant tellement mal leur fils et en acceptant sans riposter ………;

      • eplume dit :

        Serait-ce alors trop demander et la réforme de nos institutions et de les comportements de nos concitoyens ? Pourquoi toujours rester prisonnier du système binaire et toujours privilégier la hiérarchisation des priorités?
        Personnellement, je suis pour une harmonisation des priorités car, quel qu’elle en soit la conséquence, au moins on sera pas surpris par les effets secondaires.

      • fawzi dit :

        C’est sain! La société est confrontée à la haine des religions, plus spécifiquement l’antisémitisme et le sexisme. Tant que la liberté de pensée existe et que le marche des idées est libéralisé, le peuple tunisien et sa nation en sortiront grandi. J’estime que c’est beaucoup plus sain que l’hypocrisie et la schizophrénie qui est de mise au Maroc. Y’en a vraiment marre du monopole légal du l’islam sur la pensée! Je dis bravo au tunisiens.

  9. Soulaymane dit :

    l’hypocrisie et la petitesse de toute une société dont les joies commes les tristesses sont aussi boitteuses.
    j’execre ces connards qui osent porter atteinte à la mémoire de Fadoua Laroui, ils me donnent tellement la nausée que j’en vomis mon nom et mon appartenance.

  10. LaReineJiji dit :

    Il y a un vrai problème de fond à faire au Maroc sur le sujet de la femme, c’est pas un secret.
    Quand bien même elle aurait été « facile » elle aurait du avoir des aides.
    Certains sont encore dans le principe que la femme est sacrée, qu’il faut qu’elle soit pure, mais ça n’hésite pas à leur mettre des droites dans la tronche et de l’interdire de vivre sa vie comme elle l’entend.
    Elle était une mère célibataire comme tant d’autres. Et je pense qu’il y a assez de moyen dans ce pays pour avoir des logements sociaux décents. Elle a mis feu à son corps, rendez vous compte du désespoir quand même.
    On est dans un mouvement historique là. Le monde arabe bouge, la jeunesse se mobilise comme jamais, et certains se cassent encore les couilles à savoir si elle était mariée, violée, ou t’façons elle a des enfants hors mariage, elle n’a que ce qu’elle mérite. Grow the fuck up. On est en 2011.

    (pardon, fallait que ça sorte.)
    (sinon ouais j’aime.)

  11. abderrahim dit :

    A bas le Makhzen . il faut nommer des responsables digne de ce nom. parce-que la dans on en a pas un.

  12. Ping : Getting Mad at the Man « The Moorish Wanderer

  13. Citoyen lambda dit :

    pauvre femme. tout ça vient de loin, de très loin..concrètement deu VIIème siècle..dommage que la séparation religion / politique & loi ne soit pas encore arrivée chez nous. c’est uniquement gràce à la séparation de la religion de l’état que les occidentaux ont pu autant avancer dans tous les domaines et que nous sommes restés dans le XV ème siècle.

  14. Med Laaroubi dit :

    fedoua n’est qu’une autre victime comme toutes les autres victimes du makhzen,pour celui-ci c une simple mouche venue du maroc indisérable qui é morte, lui il né pa la il é en pleine séance 2 sport pour passer apré à lémission culinère comment préparer et déguster lé fortunes du pays et sucer les forces du peuple

  15. mouka dit :

    Que voulez vous que l’on dise? Quand une personne s’immole et que tout un systeme l’ignore « royalement » (le choix du mot est voulu!). On ne peut que deplorer un regime qui ne pense qu’a se perenniser pour continuer a opprimer ces masses qui vont un jour ou l’autre exploser. Ca sera TRES laid quand ca arrivera. Les gens internalisent ces evenements. Ils les utilisent comme reperes dans le temps et dans l’espace. Il n’y’a pas un seul Marocain qui va oublier Fadwa Laroui. Un jour ou l’autre, ce regime devra rendre des comptes.

  16. Ping : Morocco: Fadoua Laroui, our own Mohamed Bouazizi | Daringsearch

  17. Ping : Morocco: Fadoua Laroui, our own Mohamed Bouazizi · Global Voices

  18. Ping : Morocco: Fadoua Laroui, our own Mohamed Bouazizi

  19. Ping : Le Ciel et La Terre | Revue de presse | Maroc : Fadoua Laroui, notre Mohamed Bouazizi

  20. Ping : Il Marocco potrebbe non fare più eccezione | Costruendo L'Indro

  21. Marocain dit :

    Les Sans domicile ca existe partout! et j’en connait plusieurs qui ne le sont plus car il ont travaillé dur et ont eu une meilleur vie que ceux qui ont tout hérité de leur parents et n’ont pas attendu que l’état vienne les chercher pour les loger. S’il décident d’abondonner leur vie c’est leur choix! Y a pas mieux que l’enfer pour les loger.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s