USFP : L’option réLOLutionaire*

« La vie est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais sur quel [pseudo]militant vous allez tomber ». C’est pour cela que l’auteur (qui écrit des choses sérieuses par ailleurs) vous livre aujourd’hui les moyens de LOLer un genre particulier de militant.

Abou Lahab.

 

Ce billet est un manuel d’usage qui vous enseignera les b-a-aba du comportement face à une situation hautement dangereuse : une discussion avec un militant USFP. Il vous donne aussi quelques faits caractéristiques de ce parti qui vous permettront de vous moquer grassement de la gueule d’un USFPéiste marocain, autoproclamé porte flambeau du socialisme dans le royaume enchanté.

De l’Histoire du Parti :

Genèse: il était une fois l’UNFP…
Commençons sur une petite note sérieuse: il fut un temps où le Maroc, juste après l’indépendance, était sur les bons rails pour aller droit à la démocratie. La monarchie parlementaire n’était pas explicitement mentionnée, mais un gouvernement responsable, qui devait être issue de la majorité parlementaire. Voilà ce qu’était le contrat tacite entre le Roi, l’aile gauche du Mouvement National, et l’Armée de Libération. En attendant, un conseil consultatif siégeait, et l’UNFP gouverna ! Pas pour longtemps, les politiques du gouvernement Abdellah Ibrahim n’arrangeaient ni la France dont les intérêts étaient encore bien ancrée (par exemple, la réforme agraire menaçait les nombreux colons terriens encore établis au Maroc) ni le prince héritier, qui de l’avis des historiens les plus sérieux, n’appréciait guère cette entente entre son père et le Mouvement National. Car contrairement à son père, il fut éduqué pour gouverner** et ne pouvait imaginer autre chose qu’une monarchie absolue où les partis seraient réduits à un rôle de pantins. Il y a bien réussi !

Moins de deux ans ont suffi à l’alliance entre le prince héritier, la France et l’Espagne, pour orchestrer un véritable Putsch contre la monarchie parlementaire embryonnaire. Les épisodes marquants vont de la formation des Forces Armées Royales, avec l’aide bienveillante de l’Officier de l’armée Française, Mohammed Oufkir, et du Bras droit de Franco contre les rifains dans l’armée Espagnole, le maréchal Ameziane; le limogeage du gouvernement d’Abdellah Ibrahim pour nommer un gouvernement dirigé par le Roi et le prince héritier en personnes; ainsi que de la tragique opération Ecouvillon dont le but était d’éliminer l’Armée  de  Libération  Sud.  Cette  même  armée  qui  était
partie  libérer  le  Sahara  marocain  après  avoir  fait  des  percées  qui
permettront  plus  tard  de  libérer  Sidi  Ifni,  et  qui  se  retrouve  prise
dans  un  étau  entre  les  FAR  et  les  forces  franco-espagnoles. On se demande après qui sont les traîtres à la Nation

Des ittihadis, une bastilla, la gauche bastilla, what else? (no offense aux vrais ittihadis de la base.. Photo du congrès de l’OMDH)

Aïe mon trop sérieux risque encore une fois de me faire recaler au test d’admission du CJDM. Oublions cette parenthèse nécessaire et cassons de l’USFPéiste, qu’on appellera dans la suite ittihadi !

L’UNFP est le parti dont l’USFP prétend être la continuité, il est important d’avertir le néophyte sur un point important : L’USFP n’est PAS la continuité historique du parti d’Abdellah Ibrahim et de Mehdi Benbarka. Ceci est vrai non seulement idéologiquement, mais aussi juridiquement et dans la différence de méthodes et de principes entre l’ancêtre et le rejeton du congrès de 1976.

Attention danger. Le militant lambda passera inévitablement par cette étape: Il vous dira que vous ne connaissez rien à l’Histoire glorieuse de l’USFP. Par conséquent, vous n’avez pas le droit d’en parler. Un peu comme le Coran en somme. En ce qui me concerne, on m’a tellement raconté des versions différentes et contradictoires, mais toutes embellies, que j’en suis arrivé à croire que Nelson Mandela a fait partie du Bureau Politique de l’USFP et que Robesspierre avait adhéré secrètement à sa chabiba. Vous ne devez donc laisser aucune chance à votre interlocuteur pour aborder ce sujet car, sachez-le, un ittihadi est par définition mythomane.

Factbox:

Le Makhzen a beaucoup plus de points communs avec l’USFP qu’on ne pourrait le croire. Leurs convictions démocratiques, comme nous allons le voir, ne sont qu’un moyen pour eux d’accéder au pouvoir, un peu comme les islamistes. S’il s’agit de voter une résolution interne, par exemple, trois ou quatre dinosaures vous diront qu’il vaut mieux arriver à un consensus que de voter, et videront le communiqué sujet de débat de toute substance avant de le publier. Le vote, c’est so has been à l’USFP.

1 – Le oui, mais …

Par exemple, l’USFP fornique avec le PAM depuis belle lurette. C’est un peu comme si l’USFP et le PJD trouvaient un terrain d’entente, c’est à la limite de l’imaginable connaissant les idéologies respectives des deux partis.
On me dit, en fait, que c’est déjà fait. Oui mais, te dira l’ittihadi, c’était une alliance fondamentalement tactique pour s’opposer à la montée du PAM. De même que [oui mais] l’alliance avec le PAM est fondamentale pour s’opposer aux barbus du PJD. Confus ? Pas moi:
– La première alliance entrait dans le cadre de l’époque pré-gouvernementale de Lachgar: il utilisait l’alliance avec le PJD pour mieux « négocier ».
– La seconde n’est tout simplement que la suite logique des fourberies de Lachgar. Car en effet, il ne tient son ridicule poste ministériel que grâce aux dimensions micrométriques du rayon de courbure de son échine… Il a donc la quasi-obligation d’être en bons termes avec le chouchou du Makhzen, le PAM. Nous reviendrons sur ce personnage caractéristique de la décadence ittihadi plus loin.

2- L’altérnance [con]sensuelle : شد فزنطيط الكلب تاتقطع بيه الواد و غسل يديك

Pour nos lecteurs non-arabophones, le proverbe mentionné signifie que pour réaliser un objectif, ici traverser un fleuve, quitte à se laver les mains après, il n’est pas exclu de s’accrocher à la queue d’un chien. Voilà qui décrit parfaitement ce que le palais a fait de l’USFP: il l’a utilisé -sans garanties- pour assurer la transition dynastique , puis l’a jeté comme un mouchoir en nommant un technocrate et en échouant dans la transition démocratique. Une fois ceci fait, Youssoufi a rédigé un texte, suite un son fameux discours de Bruxelles. Quant aux dinosaures, fidèles à leur nature, ils ont préféré des postes risibles à la leçon du chef sortant, et ne se sont pas retirés du gouvernement du Technocrate Jettou.

3 – Trois profils type de dinosaures : El Yazghi, Radi nâam Assidi, Lachgar

– Ministre d’Etat sans portefeuille, El Yazghi ne mérite pas plus dans ce billet que cette citation: « Le Makhzen n’existe plus » CQFD. [update] il vient tout juste de déclarer à la Vengardia: « No habrá revuelta marroquí, porque ya la hemos ganado » (La Vanguardia.es) ou encore à la question ¿Marruecos no tiene presos políticos? : « Sólo por delitos terroristas, pero en ningún caso por militancia política. » (Yazghi). Donc pour le ministre, Chakib EL Khayari, Hamid Najibi, Mustapha El Moatassim etc, que des terroristes !

– Radi, comme il porte si bien son nom. Traduit en français il donne au choix: Content ou Docile. Comme tout le reste, il sert la démocratie avec une grandeur d’âme telle qu’après avoir mis du propre au parlement des adultes, il s’attaque au parlement des enfants:

« M. Radi a mis en exergue la Haute sollicitude et le soutien constant de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste, au Parlement de l’enfant, depuis son lancement réussi, ainsi que le soin attentif de SAR la Princesse Lalla Meryem, qui en assure la présidence, veille à l’accompagnement de ses travaux et au suivi de la mise en œuvre et de la dynamisation de ses décisions et propositions. » (Source, MAP)

– Lachgar, celui qui « n’a pas les chars du général Benslimane » mais des méthodes dignes de Driss Basri:
Le pathétique personnage de Lachgar est à lui seul un baromètre de la décadence de l’USFP, il a longuement évoqué les réformes constitutionnelles, menacé de s’allier avec les islamistes, pour enfin mieux négocier sa Djellaba blanche. Au passage il a des méthodes digne d’un sécuritaire, bien qu’il rappelle à qui veut l’entendre: « وا الإخوان، وا الإخوان، واش عندكم الطنوگة ديال بن سليمان؟ »: « Chers Frères, avez vous les chars du général Benslimane? » il dispose cependant d’une milice de sbires et des indics à faire rougir le Bétar de jalousie,
j’en ai personnellement fait l’expérience, lire la note de bas de page, ou encore ce qu’en rapportent des militants de l’USFP.

4- Se débarrasser des meilleurs éléments, une tradition de famille:

A l’origine de cette pratique il y avait El Fassi, Allal de son prénom, ce salafiste grâce à qui les marocains croient que le commanderie des croyants date de la nuit des temps (***), il avait senti la servitude menacée par les jeunes, surtout un certain Mehdi Benbarka, sans lequel l’IstiqLoL ne serait resté qu’un vulgaire salon de discussion. Il les renvoya alors créer leur propre parti, l’UNFP, et c’est dans ce sens que L’USFP hérite plus de l’IstqLoL que de l’UNFP : sa capacité à se délester des éléments à forte consistance militante et à ligne de conduite non-négociable, quelques exemples:

– 1983: La démocratie interne -comme on l’a signalé auparavant- est une pratique moyenne-âgeuse dépassée par l’USFP. C’est ainsi que des arriérés -dont l’ancien camarade de Zerktouni, le résistant Mohammed Bougrine– ont fait bande à part en formant le PADS. Leur expérience du complot perpétré contre eux par le bureau politique était telle que jusqu’à aujourd’hui, ils n’arrivent pas à se détacher d’une complotite aiguë qui freine l’alliance de la gauche démocratique qui traine encore à se concrétiser…
– 2001: أرض الله واسعة (il y suffisamment de place dans la terre de Dieu).  Ayant anticipé l’échec décrit dans la partie 2, et voulant que l’USFP demande plus de garanties à la monarchie quant à l’engagement pour une vraie monarchie parlementaire, les jeunes ittihadis Sassi, Haffid, ou encore l’économiste Akesbi sont littéralement chassés du parti. Ils formèrent une association, Fidélité à la Démocratie, qui a fusionné avec la GSU pour former le PSU. Aujourd’hui encore ses anciens membres présentent des symptôme d’ittihadisme latent: certains ont encore la nostalgie du Hizb Al Jamahir (partie des masses) et leur ittihadisme peut être senti dans leur drôle de réaction au dernier congrès de l’AMDH. Mais les durs de l’OADP les soignent comme ils peuvent… A leur défense, ils s’intègrent plutôt bien dans ce parti, seul de la scène à se faire contrôler ses élections internes par des associations indépendantes.

Les bons ittihadi n’arrêtent pas de quitter le navire jusqu’à aujourd’hui, comme en témoigne le nihiliste Marouane Mortabit, ayant fini par rejoindre le parti des nihilistes.

5- الركوب على الثورة – Le parti des surfeurs équilibristes:

Photo que les lecteurs non arabophones nous excuserons la non traductibilité…

Après l’opposition du parti au mouvement du 20 Février, et vu le succès des manifestations, le conseil national de l’USFP a voulu tirer le tapis sous les pieds du bureau politique. Il lui a alors demandé de se retirer du gouvernement ! Rien que ça. Les superficiels et les bisounours qui découvrent le paysage politique l’après midi du #Feb20 y ont vu Une Révolution, car exusez les, ils croient que « aucun mouvement politique d’envergure ne peut se faire que si l’USFP y prend partie« . On n’ira pas plus loin pour vos méninges. La pathétique manœuvre de l’USFP n’est autre chose que ce que vous montre la photo. Avec tout l’amour qu’on peut avoir pour certains amis ittihadis de qualité qui restent encore dans les rangs de ce parti, vous êtes en train de servir les dinosaures. Détachez vous de ce fétichisme partisan !

———————————————————–

* L’option révolutionnaire, c’est la motion présentée par Mehdi Benbarka au second congrès de l’UNFP. Elle préconise une nouvelle approche de la relation du parti avec le pouvoir, ainsi qu’une clarté dans la ligne idéologique du parti. Aujourd’hui dépassé par le contexte du XXIème, l’esprit du texte reste d’actualité, le voici en entier

** A ce propos et pour bien d’autres points de l’histoire moderne du Maroc, que vous soyez issus de la mission française au Maroc, abreuvés aux histoire de « vos ancêtre les Gaulois« , ou encore autodidacte de l’école publique, nostalgique de la Qiraa Bleue et des biographies royales en éducation civique du programme de collège, trêve de plaisanteries, il convient de vous conseiller deux bons bouquins d’histoire, loin des écrits journalistiques et parfois sensationnels des années de plomb :

Ignace Dalle -Les Trois Rois, التاريخ المحاصر – علي الإدريس

*** En effet, le titre de commandeur de croyant a été suggéré à Hassan 2 par Allal El Fassi. Il n’a jamais été associé au Roi du Maroc, qui n’avait d’ailleurs pas le titre de Roi (Malik) mais de Sultan.

En aparté, une après midi avec Lachgar:
une fois où lors d’une conférence je l’ai interpellé sur le rôle que son volte-face a joué dans le dégoûs des jeunes de mon espèce, il m’a d’abord répondu devant l’audience :
« Mon camarade, mon confrère blogger car je le suis aussi, quand on reçoit des garanties des plus hautes autorités de l’Etat, on ne peut que croire en l’arrivée imminente d’une réforme institutionnelle profonde »
Plus tard, en off, il a quasiment avoué à demi-mot qu’il n’y aura ni réformes constitutionnelle profonde, ni promesses, il a d’abord essayé la méthode soft:
« mais viens à l’USFP mon fils, on a une place pour toi, et tu peux défendre les idées intéressantes que tu as ! » je lui ai gentillement expliqué que je préfère appartenir à une petite formation politique, aussi médiocre soient ses résultats, qui a choisi la démocratie interne, que de courrir derrière l’illusion du Grand Parti, pour consumer ma jeunesse aux services de mafieux comme lui. Il a tout de suite répondu violemment et d’un air hautin : « Ah ! Tu es donc du PSU ! Et bien restez fidèles à vos idées illusoires, jamais la réforme constitutionnelle ne fera sortir plus de cent personnes dans la rue! » c’était il y a moins de 6 mois… quel devin !
Plus tard dans la soirée, une personne me collait au fesses -j’avais déjà noté que Lachgar lui a fait le clin d’oeil Policier pour me suivre quand on se parlait- le petit soldat de Lachgar ne m’a pas lâché, il a ridiculement usé de toutes les ruses pour avoir mon nom, et des moyens pour me contacter, chose que j’avais refusé de donner quand Lachgar me l’avait demandée car je ne voyais aucun intérêt à garder le contact avec un personnage qui ne finira pas dans la poubelle de l’histoire, mais dans la poubelle tout court..

A propos Lbadikho

Lbadikho, pour toute réclamation: sur twitter: @L_badikho par mail: Lbadikho [at] Gmail [point] com
Cet article, publié dans Plubôpaysdumonde, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

29 commentaires pour USFP : L’option réLOLutionaire*

  1. sidi hmed dit :

    Je ne vois pas sincèrement quel parti politique marocain serait digne de confiance quelle que soit son histoire et son parcours. Le capital confiance a été complètement grignoté.
    Je m’en suis lavé, définitivement, les mains…

  2. agharass dit :

    Trop long l’article !

    Je laisse la lecture pour demain🙂

  3. Mounir dit :

    lol,
    mais sur la photo, avec Amina, c’est Mokhtar Trifi de la ligue tunisienne DDH, pkoi ne pas le mettre aussi dans le coup🙂
    mais je relève « Après que le Parti s’est déclaré contre le mouvement du Février » : où as-tu sortie ça?

  4. Débilos dit :

    – C’est vrai que l’USFP n’est pas l’héritière idéologique de l’UNFP. D’ailleurs après le congrés de 1975 (non pas 1976) de l’USFP, l’UNFP a survécu sous la houlette de quelques irréductibles dont le chef était Abdellah Ibrahim. En fait, il y a le bureau de Casa et celui de Rabat. un est devenu USFP et l’autre est resté UNFP.

    – Je reste persuadé qu’à l’USFP restent encore des militants et des responsables politiques valeureux et intégres. Il faut juste qu’ils réussissent à émerger. Une révolution au sein de ce parti serait la bienvenue.

    – Le titre des commandeurs de croyants a été souflé et conseillé au roi H2 par Khattabi et El Fassi le raciste (Cf. ses discours concernant la composante marocaine Amazigh)

    – Depuis 1957, le sultan marocain n’est plus sultan mais roi tout simplement (Cf. la cérémonie d’intronisation de Hassan ben Mohamed en tant que prince Héritier)

    – « أرض الله واسعة » est une expression déclamée par Feu Bouabid donc avant 2001 puisque celui ci est décédé en 1992.

    – « الركوب على الثورة » signifie pour moi la confiscation et la récupération de la révolution (si révolution il y a au maroc, jusqu’à maintenant la mayonnaise n’a pas pris à ce que je sache)

    – Et enfin, je regrette qu’on soit divisé entre nous, les militants de gauche. Nous devons nous unir plutot que de servir corps et ames la stratégie du makhzen qui n’est que diviser pour mieux régner. Encore, une fois par nos divisions nous servons notre adversaire politique.

    – Merci pour la photo bavarde

    – Pour compléter la bibliographie, ne pas oublier de lire l’excellent ouvrage de Mehdi Bennouna « Héros sans gloire » qui contient certains témoignages véridiques comme lorsqu’en 1983, Radi signifia à Benjelloun (le petit frére) que l’USFP est un parti féodal.

  5. Les problèmes internes d’un parti sont à l’image de ceux de tout un pays. Si l’on ne sait pas trouver de solutions pour résoudre les problèmes du parti, qui sont à petite échelle, comment peut on prétendre en trouver et les réaliser pour tout le pays ?

    Aussi est il illusoire de croire que l’on sert les valeurs de la gauche en s’activant à diviser cette dernière. L’Etat l’a bien compris et a certainement joué un rôle dans cette division. Ceux qui se sont engouffrés ont joué le jeu.

    • kadour dit :

      C’est l’inverse! La norme politique est décidée par le palais, et se répercute naturellement dans les partis. Toute déviation de cette norme est sévèrement réprimés par le Makhzen. Les gens intègres qui disent ce qu’ils pensent et ne mâchent pas leurs mots vis-à-vis de la double dictature islamo-monarchiste sont écrasés par des lois injuste. Normal que ceux qui restent seront ceux qui acceptent de jouer le jeu selon des règles fortement biaisées en faveur du palais.

      Même unie, « la gauche » en peux rien. Tout passe par le roi de toute façon. C’est à lui de se rendre compte qu’un roi ne peux pas gouverner dans un pays qui se prétend en transition démocratique.

  6. yassir dit :

    Lachgar a depuis toujours été en coherence avec les decisions du conseil national, quand ce dernier avait décidé de rester au gouvernement, comme aujourd’hui puisqu’il a annoncé qu’il était pret a quitté le gouvernement.
    Lachgar meme au sein du gouvernement a continué à appeler au reformes constitutionelles et ce bien avant le debut des revolutions arabes (suffit de lire son blog).
    Enfin j’ai envie de dire ‘kima derna m3akom wahla’ l’Usfp a au moins le merite d’etre le seul parti a avoir tenu un conseil national exceptionnel pour discuter de la situation actuelle dans le monde arabe, et je prefere ça a la passivité des autres partis.

  7. dalamix dit :

    Mardi j’avais envoyer un commentaire allant dans ce sens à leur torchon de journal liberation mais ils l’ont censuré.
    Tout à fait d’accord, vous avait fait une analyse quasi parfaite sauf ,sur le point de BENBARKA?VOUS OUBLIIEZ de dire que ce dernier etait complice du regime dans le genocide perpetré en 58 au rif ils etait à l’époque dans l’autre parti des traitre avant la phagocitation!(listiquelal le parti des sibires de la monarchie)
    Pour resumer,pour qu’un parti soit digne il doit avant tout être democratique et apres defendre les valeurs et les principes auqu’elles il adhére!Or au sein de l’UFSP ?IL n’y arien de celà,la direction du parti passe d’un dinosaure à un autre,les valeurs du socialisme et ses principes sont bafoué etc

    QUANT à cet energumen de l’achgare(la vache qui rit),il est le sbire du regime par excellence,il a mis tout de côté le jour où il a eu sa djelabah, et là on l’a vu couber l’echinne et baiser les mains de son maitre momo6.
    malheureusement on n’a pas de partis digne de ce nom au maroc,à part les partis de l’extrème gauche où on peut trouver un peu de dignité.
    Le salut viendra sûrement de la société civil,c’est pour celà que le regime coule des jours paisible vue que les chiens des partis polituiques toute tendance confondu mangent dans ses mains.
    L a seul solution au maroc est l’instauration d’une republique et c’est au sein de cette institution que le marocain retrouvera sa dignité.on ne peut rien esperer du fils de HASSAN2 le grand tyran ni de ses sbires.
    on ne sait pas s’il est roi ou homme d’affaires,il est entrain de seigner le pays.avec ses holdings de toute sorte les banks attijariwafabank etc marjane etc.et le pire que sa cupidité n’a pas de bornes,et il demande des commissions aux entreprises qui vient s’intaller au maroc ou des participation.Je suis dégouté de cet energumen.quand je vois dans quel état de pauvreté vivent la majorité des marocains!
    ;

  8. sidi hmed dit :

    Je vous cite (sans corriger les fautes) : « L a seul solution au maroc est l’instauration d’une republique et c’est au sein de cette institution que le marocain retrouvera sa dignité »
    Ce serait enfin le vraie merde comme partout dans le tiers monde! Vos républiques se transformeront petit à petit en monarchies déguisées. Les coups d’états se feront tous les 6 mois…Je préfère et de loin le régime d’une monarchie éclairée qui garantit la stabilité politique du pays et qui oeuvre pour de bon pour l’accélération des réformes qui sont fort nombreuses! Je ne veux ni des militaires, ni des religieux, ni d’une tribu amazigh, soussie oui rifaine, ni d’un clan fassi oui mrrakchi au pouvoir.

    • CZR dit :

      Mais réveillez vous si vous avez encore quelques neurones qui fonctionnent! Les militaires, les religieux et les clans mafieux sont déjà au pouvoir et ce depuis longtemps!

      Tout le monde sait que le Roi du Maroc n’est pas M6 mais Hosni Benslimane. Il a d’ailleurs été le seul véritable Roi depuis la mort de Dlimi en 1983.

    • kadour dit :

      « Je ne veux ni des militaires, ni des religieux, ni d’une tribu amazigh, soussie oui rifaine, ni d’un clan fassi oui mrrakchi au pouvoir. »

      Le pouvoir est déjà religieux. Le roi prétends avoir une « légimité divine ». Et c’est le clan Alaoui au pouvoir.

      • Débilos dit :

        le monsieur te parle du PJD et autres Adl wa ihssane !!!

        On sait bien que le roi est commandeur des croyants d’après la constitution marocaine octroyée. Faut-il toujours rappeler les choses évidentes ?

      • fawzi dit :

        @Débilos

        Le PJD peut être contré par la raison et le débat. Ses arguments ne valent pas un clou. Il se contente de défendre l’application d’un code dogmatique venus de l’Arabie du 7eme siècle. Le roi, sa commanderie des croyants et ses foutaises de Habous et de Oulema, ne peuvent pas être critiqués.

        Je préfère avoir à faire face au PJD dans des institutions démocratiques qu’à la monarchie dans le contexte absolutiste actuelle.

        Le pouvoir religieux le plus dangereux pour le Maroc est donc celui du roi.

      • Débilos dit :

        >> fawzi

        Un pouvoir religieux dans le bon sens du terme instaure ou s’inspire largement de la charia comme loi fondamentale régissant la vie des individus au sein d’une socièté à dominante confessionnelle musulmane. Ce qui n’est pas le cas avec la commanderie des croyants actuellement au Maroc. Ce qui est néfaste dans la constitution marocaine est l’article -non religieux soit dit en passant- qui stipule que le Roi régne et gouverne. Le passage à une monarchie véritablement parlementaire concerne entre autres la modification de cet article.

      • kadour dit :

        @Débilos

        La tyrannie du Makhzen est multiple: La monarchie absolue en est une. La religion (et le Arab Supremacism) en est une autre. Il est nécessaire de critiquer les deux si on veux aspirer à un état démocratique.

        La commanderie des croyants fait que le roi est au dessus de la critique, et c’est ce qui retarde la reforme constitutionnelle, car toute tentative de séparer les pouvoirs et de limiter le roi au statu de symboles est perçu comme une attaque contre l’islam. Et je n’ai pas besoin de vous expliquer que le dégrée de sexisme contenu dans le code civil est une conséquence directe de la religion d’état. L’oppression dont sont victimes les penseurs libres, les agnostiques, les apostats, les homosexuels, les femmes, etc. sont du à la religion d’état et la nature dogmatique de certains commandements soit-disant émanant d’Allah – ce dieu qui se soucie plus de ce que les gens font avec leur culs que du sort des esclaves.

        Le pouvoir est religieux au Maroc. C’est pas l’Arabie Saoudite, mais le principe est le même.

      • Débilos dit :

        >> Kadour

        J’ai utilisé l’expression entre autres dans mon dernier com.

  9. mouka dit :

    Je pense que nos politiciens de gauche ont troque leurs vestes de revolutionnaires en costume 3-pieces de putes politiques. Je ne parle pas non plus de la droite Marocaine. Une bande de pedes a la solde du palais.
    Quand on voit Abbas El Fassi dire « Mon programme c’est le discours de sa majeste », on ne peut plus avoir de doutes. Les politiciens sont les clients du Makhzen et du palais. On ne peut rien attendre des politciens putes professionnelles.

  10. alwandida dit :

    Oulaa le Troll ! je répond aux commentaires sérieux dès que possible, promis.

    @L_badikho de sa Wandida.

  11. nawal dit :

    Cher Aboulahab,
    Il me semble que vous vous trompez d’ennemi. L’erreur de l’USFP est d’avoir manqué d’ambition pour le Maroc et de volonté pour mener les changements. Ses dirigeants ont opté pour un consensus mou avec le Makhzen, en pensant que les marocains ne sont visiblement pas prêts pour le changement: faibles participation aux élections, absence d’indignation et de revendication lors des censures, des condamnations abusives, de passe-droit, alors même que tout cela était plus ou moins bien relayé par la presse. L’absence de soutien de la presse et des citoyens à chaque fois qu’ils ont essayé de mettre sur la table un projet, une idée, une évolution, leur a donné l’impression (à raison des fois, rappelez-vous du plan d’intégration des femmes dans le développement) que le changement ne peut venir que d’en haut, et qu’il n’y a rien à espérer des marocains.
    Quant à M.Lachgar, je crois bien que vous surévalué son emprise et son influence. Quand il a essayé d’aller vers l’opposition, il a été confronté à des petits intérêts des militants. Beaucoup d’entre eux ont été aspiré dans des conseils, des cabinets de ministres… et ils ne voulaient plus renoncer à leurs privilèges. Face à la pauvreté, au chômage, à une crise des valeurs, les principes ne pouvaient rien!

  12. kamal dit :

    personellement je trouve que l USFP est le seul parti qui a tjrs maintenu les demandes de reforme de la constitution. il faut savoir lire les documents des partis et s interessé a leur communiqué avant de les juger.
    deuxiément je pense que vous etes un peu trop paranoiaque, votre histoire de personnes qui vous a suivi et a essaye d avoir votre contact est un peu tiré par les cheveux. je pense que vous essayé de vous donné trop d importrance c votre droit mais ca ne vous rend tres peu credible.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s