lettres de Salah El Ouadie

Retrouvez ici les lettres citées dans ce billet :

1 – Lettre ouverte à Hisham Benabdellah Alaoui

2 – Lettre à mon tortionnaire

يا سموَّ الأمير… !

سمو الأمير هشام بن عبد الله، تحية مغربية وبعد، قرأت بإمعان تصريحاتكم للجرائد مؤخرا في سياق ما يروج اليوم بصدد انتفاضتي تونس ومصر، ولا يهمني الرد على رأيكم، لأنني أؤمن بحقكم في الإدلاء به كما يحلو لكم، أنتم كمواطن مغربي، بقدر ما أوجه لكم اللوم لأنكم لستم أي أحد، ولأنكم لم تخاطبوا أية صحافة، ولأنكم أمير يتوجب عليكم واجب التحفظ الذي يحترمه الأمراء في بلادنا، ولأنكم، بوعي ولا شك، فوق هذا وذاك، تستغلون المكانة التي يحترمها المغاربة وهي انتماؤكم للعائلة الملكية وتستعملونها لبث الشك والريبة، تستعملونها من أجل تموقع موهوم، لا يهم بعض الأوساط الخارجية فيه مستقبل بلدكم بقدر ما يهمها استعماله لخدمة أجندتها ومصالحها، والنماذج أكثر من أن تعد وتحصى، ولأنكم توجهتم بتصريحاتكم إلى إحدى الصحف التي لم يجف مداد حقدها بعد على بلدكم ومواطنيكم، حيث حاولتْ تأليب العالم عليه، كذبا وبهتانا، وتصريفا لأحقاد استعمارية لم تهدأ بعد، تدعون خلو المغرب من الحريات وعجز الأحزاب السياسية وحتى الحركة الإسلامية، مع أن المغرب هو البلد العربي الأول وربما الوحيد الذي عرف كيف يفتح الطريق أمام الحركة الإسلامية لتشارك في العمل السياسي، وتنخرط في طريق الديمقراطية الطويل، ناهيك عن الأحزاب التاريخية التي انخرطت إلى جانب جدكم من أجل استقلال المغرب، أوأدت ضريبة النضال من أجل الديمقراطية خلال السنوات الصعبة، أو تلك التي رأت النور في سياقات المغرب الجديدة… كل هذا تضربون عنه صفحا بجرة قلم…أليس من المثير للاستغراب والشبهة كون العديد من تقارير مراكز الأبحاث والدراسات وتعليقات كتاب وصحفيين مشهود لهم، غربيين منهم وعرب، قد نوهوا بتيمز الحالة المغربية ومنجزاتها، في الوقت الذي تبادرون فيه أنتم إلى زرع الشك والبلبلة من خلال كلام لامسؤول لن يجد صداه إلا عند الذين في قلوبهم مرض… وتحكمون على بلادكم من علياء مركزكم هناك في البعيد.

اسمحوا لي، بكل ما في التاريخ القريب والبعيد من معان ودروس ودلالات أن أقول لكم لقد أخطأتم الطريق، ما هكذا ستساهمون في إخراج بلدكم بشكل لا رجعة فيه إلى فضاء الديمقراطية والتنمية والعيش الكريم، كان أولى لكم أن تعملوا بيننا هنا على أرض بلدكم/بلدنا الحبيب للمساهمة معنا في النضال ضد جيوب مقاومة التغيير بدل أن توجهوا سهام القول والفعل حيث يتمنى أعداؤه أن يصيب وطننا في مقتل، في وقت يتكالب عليه فيه أعداء وخصوم من كل صوب من أجل تمزيق وحدته الوطنية، ويتهدده الإرهاب من الداخل والخارج وتترصده الشبكات المفيوزية الطفيلية التي اعتادت العيش على الريع والتهرب الضريبي والاتجار في المخدرات ونهب المال العام…، ونحن نعلم كم يلزمنا بعدُ من العمل من أجل استكمال مسيرة البناء الديمقراطي بكل أبعادها، بلا كلل أو ملل… أقول لكم بكل إيمان: سنقف جميعا كمغاربة دفاعا عن بلدنا الحبيب، لا، لن يكون هذا مصير البلد الذي من أجله ضحى جدكم بعرشه نظير كرامته وكرامة شعبه، صحبة العائلة الملكية وضمنها والدكم المرحوم الأمير عبد الله مضحيا بالحياة الرغدة الهنيئة التي تنعمون بها اليوم، لا ليس من أجل هذا تتالت قوافل الشهداء قبل استقلال المغرب وبعده، لا، ليس من أجل هذا مد عمكم المرحوم الملك الحسن الثاني يده إلى أشد معارضيه وأخلصهم لوطنه، من أجل مستقبل المغرب، لا ليس من أجل هذا فضل المناضلون الصفح من أجل الوطن، والانخراط في مسلسل العدالة الانتقالية الذي ينشده اليوم أحرار تونس من مناضلي حقوق الإنسان، سيرا على خطى التجربة المغربية، التي يشهد لها العالم بالريادة والتفرد، لا ليس من أجل هذا كان لابن عمكم ملك المغرب محمد السادس جرأة فتح مسار قراءة تاريخ انتهاكات حقوق الإنسان، من طرف بلادنا، قبل كل دول الجوار العربي والاسلامي والمتوسطي، لا ليس من أجل هذا عملنا ونعمل اليوم لمسابقة الزمن من أجل الإفلات بغير رجعة من التخلف والهشاشة، ضدا على القوى المناهضة للتقدم، التي تعرقل التغيير وتجعل معركتنا بين مد وجزر لا يلهينا شيئ عن الأفق الذي نرتجيه لبلادنا، لا ليس هذا هو نفَسُ المسيرات الشعبية المليونية التي تتم في بلدكم المغرب بكل حرية من أجل نصرة العراق أو فلسطين أو الصحراء المغربية.

وأخير وليس آخرا، سأقول لكم ما قاله أستاذنا جميعا المرحوم علال الفاسي، الذي عرف المنفى هو الآخر، لا اختيارا بل اضطرارا وقسرا حين قال:

لا نـرتـضـي بــالـتـفـــــرقـه ولـــو عـــلـــونــا الـمـشـنـــقه

ولــــو غـــدت مــــمـــزّقـــه أشــلاؤنــــا فــدى الــــــوطــن

فـلـيـغـضب الخصم العنيد ولـيـرهــب الـــــــصـوت الشّديد

لـسـنـا نـخـاف أو نـحــيـد إنـــّــــا خُـلـقـنـــا لـــلـــــــوطـــن.

وسأردد كلاما لرجل كبير آخر عرفه المغرب هو شيخ الإسلام المرحوم محمد بن العربي العلوي وهو أحد مؤسسي حزب الاتحاد الوطني للقوات الشعبية، حين قال مخاطبا المرحوم الحسن الثاني غداة وفاة المغفور له جدكم: »إسلامي فوق عروبتي، وعروبتي فوق مغربيتي، ومغربيتي فوق العرش، وأنا في خدمة العرش ما دام العرش في خدمة الشعب »

مع التحية المغربية، مرة أخرى

الإمضاء:صلاح الوديع

كاتب وشاعر

عضو في هيئة الإنصاف والمصالحة سابقا

Lettre ouverte à mon tortionnaire Par Salah El Ouadie

Ceci est une lettre adressée par un citoyen à un haut fonctionnaire. Elle part d’une idée de base: la raison d’être d’un Etat est de protéger les personnes, leurs biens, leur sécurité. Elle aborde un sujet hors du commun.
C’est une contribution à la mise au grand jour, préméditée, d’un sujet qui a si longtemps terrorisé les Marocains que leur vie a été profondément marquée. Elle vient d’un citoyen fermement convaincu que parler de ce sujet constitue une responsabilité morale envers les citoyens, les victimes connues et supposées, les générations montantes et l’Etat lui-même. Son auteur appartient d’abord et avant tout à une génération pour qui la démocratie ne peut signifier que souveraineté de la loi et égalité des hommes, sans distinction, devant elle.
C’est une lettre arrachée au silence, qui se résume à une question simple: la liberté peut-elle coexister avec la terreur? C’est une lettre qui lève le voile et s’inscrit au programme de la transparence, brûlante mais vitale pour une démocratie ni illusoire ni prétendue ni réelle.
Est-ce que toutes les expressions de la liberté, proclamées par les pactes internationaux ratifiés par le Maroc, peuvent coexister avec un héritage récent de terreur, de crainte et de ténèbres?
Au moment où le Maroc se trouve au seuil de sa transition démocratique, peut-on parler de démocratie alors que notre pays n’a pas encore apuré le passif de frayeur qui a habité les coeurs durant des décennies et erigé l’autocensure en système omniprésent et tout-puissant?
Peut-on parler de citoyenneté partagée, alors que les suppliciés sont tourmentés par les tatouages immondes sur leur corps et leur âme, et que les tortionnaires sont hantés par de noirs cauchemars?
Peut-on tourner la page, alors que nous ignorons toujours si les réseaux de torture et d’enlèvement font désormais partie d’un passé révolu ou s’ils sont toujours, comme auparavant, actifs en marge de la loi?
Non, Monsieur!
Un face-à-face public, sans intermédiaire, est indispensable. Parce que la question concerne tous les Marocains, leur avenir, c’est-à-dire celui de leurs enfants, y compris les vôtres et les miens…
Mais peut-être que, pour commencer, vous ne me remettez pas.
Je vais vous rafraîchir la mémoire, malgré ma conviction que vous me situez très bien, pour une raison bien simple: votre fonction exige une excellente mémoire des noms et prénoms, des peaux, des odeurs, des grains de beauté même, et jusqu’aux parties intimes.
Je suppose que vous vous rappelez nos corps plus que nos visages, car devant vous les visages étaient toujours recouverts d’un linceul blanc baptisé bandeau. Ma lettre va certainement vous faire mal. Mais je ne vois pas d’autre solution, et vous devez m’écouter jusqu’au bout.
Pour commencer, je me demande souvent si vous arrivez à dormir normalement, ou si vos cauchemars sont peuplés de crânes et d’ossements. Tremblez-vous quand se dressent sur votre lit les spectres et les fantômes?
Etes-vous capable d’aller au chevet de vos enfants le soir leur raconter l’histoire de la Belle au bois dormant, de la sorcière qui ravage ciel et terre, des ogres cachés derrière les buissons obscurs, et du Prince charmant qui dompte les méchants et éveille la princesse et la vie? Ils se cramponnent à vous – comme tous les enfants du monde – ignorant que la terreur est plus proche d’eux qu’ils ne le croient…
Je vous revois très élégant ou plutôt coquet. Vous vous déplaciez toujours avec une clique de sbires qui étendait sur les rangées de corps étendus une aile noire qu’à mon idée vous aviez baptisée, au cours d’une de vos séances de terreur: la crainte de l’Etat. Vous contempliez avec délectation vos prisonniers accroupis dans les caves et les couloirs. Vous étiez élégant, dans mon souvenir, choisissant avec soin vos costumes et vos cravates, vous marchiez à pas comptés dans le cimetière des vivants appelé Derb Moulay Cherif, et un parfum remplissait l’air, un parfum d’eau de Cologne. Celle-là justement. Dans ma mémoire, l’eau de Cologne se mêle à l’odeur de tabac blond, de peau brûlée et à une autre, celle de l’urine.
Je vous choque? De grâce, bas le masque!
Moi je sais pourquoi l’eau de Cologne me rappelle l’odeur d’urine et d’autres relents, une pestilence d’urine, de crasse et d’excréments. Vous assistiez toujours aux séances de torture, et en fait les dirigiez. Les chiffons suffoquaient les suppliciés tandis que vous jetiez une question après l’autre dans de suffocantes effluves d’eau de Cologne. Vous m’accorderez sûrement que les Droits de l’homme ont une conception moins abjecte de l’emploi de ces accessoires.
Dites-moi à présent comment vous pouvez dormir aujourd’hui, avec vos nuits habitées d’ossements et de crânes?
Les crânes…
Peut-être vous rappelez-vous celui d’Abdellatif?
Vous me demandez qui est Abdellatif?
Abdellatif Zéroual, cet homme exceptionnel qui a rendu l’âme sous une torture de sept jours et sept nuits pleins au fond des noirs souterrains qui ont aspiré les derniers battements de son grand coeur. Il est mort sous les coups de fouet, et a été enterré sous un faux nom; ensuite on a remis à son père accablé et à sa mère desséchée de chagrin une feuille jaunie par un quart de siècle d’attente, qui certifie sa mort mais refuse de préciser où sont ensevelis ses restes.
Asma Abou Zakaria dit: «Ils ont pris mon père quand j’avais deux ans. Je l’ai connu à travers des photos et ce qu’on me racontait. Ils ne m’ont pas donné l’occasion de le connaître à cette époque. Maintenant je leur demande seulement de me laisser connaître sa tombe… Je veux seulement visiter sa tombe!»
La mère de Manouzi résume la douleur de toutes les mères: « J’ai cru pendant longtemps qu’il était en vie; il reviendrait peut-être aveugle ou estropié, peu importe… je le voulais à côté de moi quoi qu’ils en aient fait. Mais maintenant je ne l’attends plus. Si seulement ils m’indiquaient sa tombe…»
Ne pleurez pas, Madame. Ou pleurons ensemble de douleur et de colère. Mais la tombe, c’est nos coeurs à nous tous qui renferment les restes des disparus.
Quant à vous, vous ne pourrez jamais imaginer la couleur de ses larmes, Monsieur le haut fonctionnaire. Quant à moi je peux imaginer des yeux grands comme deux galaxies et baignés de larmes…
Dormez-vous après cela?
Va savoir où est la tombe d’Abdellatif? Fut-il enterré avec ou sans linceul? En secouant de ses mains la terre de sa tombe clandestine, son fossoyeur a-t-il remarqué son sourire paisible? A Berrechid, à quarante kilomètres de Casablanca, Haj Zeroual refuse encore de réceptionner l’étrange certificat de décès de son fils, qui certifie des morts sans lieu de repos… et Jacob attend toujours le retour de Joseph.
La crainte de l’Etat!
Regardez, Monsieur, ce que la crainte de l’Etat a fait du pays:
55% de Marocains illettrés
30% sous le seuil de pauvreté
47% menacés de pauvreté
34% des enfants meurent avant un an
Le pays est au 125° rang sur 175 nations.
Un pays rongé par la corruption, le trafic d’influence, l’accaparement des biens publics, la fuite des capitaux, arrachés à la sueur des travailleurs, vers les banques étrangères, dans l’impunité la plus totale… Le pays s’est vidé de son sang et s’est réveillé un beau jour anémié et ruiné, face à l’évidence du naufrage… A longueur d’année des milliers s’aventurent sur la mer ténébreuse et fuient leur vie, condamnés à affronter soit la mort soit l’errance Quant à la santé, au logement et au vêtement, pour ceux qui restent dans leur pays, c’est tout le bien-être, ô combien insaisissable.
Je ne pense pas que vous perceviez réellement le sens de ces choses. Seuls les pauvres le perçoivent. Au Maroc, nous disons: «Ne connaît le bâton que celui qu’on frappe». Ainsi donc, tandis que le pays s’enfonçait dans sa crise, vous graviez la crainte de l’Etat sur le corps des suppliciés… Vous n’étiez pas seul: Tazmamart, El Qalaa des Mgouna, Corbès, Dar Moqri… la liste est longue, les foyers de terreur méthodique et planifiée meublaient tous cette crainte…
Oummi Hlima.
Une des ces mères d’une patience de chêne.
La femme si fière de son fils Abdeslam.
D’elle non plus vous ne vous souvenez pas. Mais pourtant il faut entrer dans les détails. Vous, la seule mention des détails vous dérange. Que dire alors de ceux qui les ont vécus soupir après soupir! Abdeslam rêvait d’un monde beau et harmonieux, et il comprenait en même temps que derrière le désordre du monde il y avait la puissance des intérêts. Il s’est rangé sans hésiter du côté des démunis et a compris avec sa perspicacité que l’abîme était sans fond, et quand vous lui avez passé les menottes, il lui a été dur de revenir d’un coup aux ténèbres du Moyen Age. Il criait de toute sa foi. Il rêvait de la cité juste et refusait la crainte, le «génie» et la «civilisation» gravés par les coups de fouet sur les dos torturés…
Il n’était pas le seul visité par ces visions.
Miloud aussi.
Vous vous rappelez Miloud?
Ce jeune campagnard de haute stature, mince et beau?
Brillant étudiant en statistique? Peut-être ignorez-vous qu’il a perdu la raison. Par pitié, pas de tristesse hypocrite. Sachez qu’il a perdu toutes ses dents, que sa peau a noirci, que ses os ont effroyablement maigri, et qu’il est revenu à la tombe de sa mère, au giron le plus tendre. Non, il n’est pas mort. Mais chaque nuit il prend sa couverture et va où sa mère dort de son dernier sommeil, embrasse sa tombe et s’assoupit, fuyant votre souvenir!
Vous pouvez dormir après cela?
Mais craignez-vous seulement quelque chose?
Le fait est que vos subordonnés vous craignaient. Je ne sais pas comment un tortionnaire peut craindre quelque chose, mais ils vous redoutaient réellement, et l’humanité devra comprendre comment un cauchemar peut craindre un cauchemar et un tortionnaire, son collègue…
Bacha.
Je veux dire Oummi Bacha, vous vous la rappelez?
Non, vous ne voyez pas.
Vous vous rappelez sûrement son fils Abdallah. Quand votre clique en a eu fini avec lui, il a dû ramper pendant trois mois sur les coudes et les genoux, réduit à un tas de pansements sanguinolents. C’est ainsi qu’il allait aux toilettes dans les caves du Derb Moulay Cherif. Oummi Bacha avait deux yeux brillant d’un regard pénétrant, débordant de dignité. Elle est morte il y a quelques mois. Quand je suis allé la visiter avant son dernier soupir, j’ai trouvé la même majesté sur les mêmes traits. Elle m’a fixé un instant – je ne l’avais pas vue depuis des années – et elle qui luttait contre la mort articula clairement: «Je te reconnais. Tu es le fils de Touria, Dieu ait son âme!».
Les mots de l’agonisante résumaient tout, Monsieur! Dieu ait pitié de toutes les mères, celles qui ont la joie d’embrasser leurs enfants avant de rendre l’âme, et celles qui sont mortes la gorge serrée par la séparation ou le deuil.
Tu es le fils de Touria.
Touria.
Vous vous la rappelez comme cela?
Je vais vous y aider de mon mieux.
Touria ma mère? Vous ne vous la rappelez pas? Vous l’appeliez la pute… ça y est, vous y êtes. Vous ne mentionniez jamais son nom sans l’associer à la déchéance. Toutes les mères de prisonniers étaient des putes pour vous, quant aux détenues, n’en parlons pas…
vous ne savez pas ce que signifie un pays soudé tout entier, Demandez aux cellules de lutte pour l’indépendance du Maroc, renseignez-vous sur elles, l’histoire vous parlerez de cette passion quasi mystique d’hommes et de femmes qui vous ont porté au siège d’où vous avez torturé les fils, souillé l’honneur des mères et écrit une des pages les plus noires du pays.
Vous ne le croirez peut-être pas, mais les médecins sont formels: la maladie qui l’a emportée, il y a longtemps, s’est déclarée l’année des enlèvements massifs dont vous avez été le triste héros.
Cela ne vous intéresse pas.
Il y a une photographie qui peut vous intéresser. C’est une photographie que je garde d’elle avec Mohammed V à son retour d’exil. Non, je ne vous parlerai pas de lui. Vous ne le connaissez pas vraiment, toutes générations et classes confondues, gouvernants et gouvernés, pour reconquérir sa dignité. Le mot «dignité» ne signifie pour vous rien qui vaille…
Quels visages rayonnants sur cette photographie.
Mais vous ne pouvez pas savoir.
Seuls les numéros vous disent quelque chose.
33: ce numéro, sans nul doute, vous est familier.
Vos gardes s’amusaient à le faire résonner en redoublant le T et le R. Je comprenais que chaque fois qu’il retentissait, il annonçait à coup sûr un de vos festins, au point que chaque pouce de mon corps en avait une mémoire particulière et intime; la mémoire de mes pieds était de glace et de gel, celle de mes mains, de fer, celles de mes yeux, de ténèbres… Chaque fois qu’ils prononçaient le numéro, toutes les mémoires de mon corps jaillissaient d’un coup de leurs cellules les plus fines, se préparant à l’enfer, mobilisant toutes les forces de l’existence menacée et tous les pores de l’être reclus livré à la barbarie…
Combien de numéros se sont alignés dans vos registres? Pour vous, ils ne signifiaient rien de plus que des fers, un bandeau, un corps qui souffrait et criait de toute la violence comprimée en lui comme une bombe, la question-poignard plongée entre chair et os, et le sang s’échappant à flots du Maroc saignant des artères de sa jeunesse vouée aux noirs souterrains… Dans ces conditions infernales, on accumulait dossier sur dossier, on expédiait fournée après fournée vers des siècles de peines de prison, lors de procès où tout était garanti sauf la justice et l’équité. Des familles ont été dispersées, des espoirs ruinés, des rêves détruits; la meule de la répression a broyé les aspirations de générations entières…
Hommes sensés, lisez la page du passé avant qu’elle ne soit tournée.
Lisez, elle témoigne de tout.
Lisez! car rien ne se perd, quoi que la force ait voulu nous faire croire.
Rien ne subsiste que la vérité nue.
Vous causiez un français impeccable, du moins le croyiez-vous, vous figurant que votre baragouin fournissait la preuve imparable de votre modernité, et vous oubliiez que vous symbolisiez l’inhumain, que vous vous situiez dans le gouffre le plus bas que l’humanité puisse atteindre: nier son essence humaine et la plonger dans la bassesse et la barbarie, pour ne pas dire l’animalité, car l’animal est au-dessus de la bassesse.
Vous comprenez naturellement que l’effet de terreur ne visait pas seulement la victime elle-même. Le but était clair: toutes les forces vives du pays. «Frappe Saad pour faire taire Saad». Vieille recette; on fait un exemple avec quelques uns, et la terreur se charge de faire taire les autres: belle «économie d’effort, d’argent et de temps»… Comment un créateur peut-il alors s’aventurer? Comment veut-on que l’intellectuel pose les questions dérangeantes, que le penseur affronte les sujets brûlants de son époque, que le rêveur meuble de ses rêves les sentiers rebutants? Comment mobiliser un peuple qu’on ne perçoit que comme criminel en puissance en attendant qu’il le soit pour de bon? Comment veut-on que le pays respire à pleins poumons l’air de la vie?
Il est terrible, Monsieur, cet immense ressentiment dans la conscience de tout un peuple, il fait peur…
J’entends demander qu’on tourne les pages du passé
Je suis bousculé par les gémissements des suppliciés
Attrapé par les mains
Les vagues de la nuit déferlent sur ma mémoire
Les crânes des morts me clignent de l’oeil
Déchire de nos yeux les voiles de la nuit
Déchire les linceuls de silence
Sois plus fort que cette mort!
Je sais que certains tortionnaires rougissent de l’histoire de leurs mains. Je sais que tel d’entre eux a vomi en voyant les rangés de suppliciés. C’est arrivé quand vous avez amené une nouvelle équipe de gardiens. Peut-être ne les aviez-vous pas assez conditionnés. Le pauvre ne prévoyait pas que, de ses propres yeux, il verrait l’enfer. Son imagination n’avait jamais envisagé cette situation où ses compatriotes tombaient au fond de la barbarie et où les mygales des ténèbres mordaient dans les nuques. Le pauvre est entré brusquement, a vu, respiré les relents fétides des couloirs obscurs. La tête lui a tourné et il a tout vomi: la nourriture, la boisson, le pays… et la vie.
Par contre, je sais qu’il y a des bourreaux qui n’attendent que l’occasion de planter leurs crocs dans la chair de leurs victimes, comme un fauve dans sa proie dont le sang frais ruisselle encore sur la terre humide.
A quelle catégorie appartenez-vous aujourd’hui?
Et moi, me direz-vous?
Moi je suis exactement comme vous m’avez connu. Rien de neuf dans ma vie. Mon coeur est toujous à sa place, mes membres portent les traces de votre hospitalité, et j’écris des poèmes. A Casablanca je demeure, j’aime mon pays de tout mon coeur, et j’espère y reposer quand viendra mon heure.
Ce qu’il y a de nouveau est que j’ai trois enfants, et de mes nouveaux soucis est qu’ils mangent un pain assaisonné de dignité, qu’ils apprennent à aimer leur pays le Maroc, qu’ils comprennent ce qu’ils doivent à la civilisation et la richesse de leur humanité, qu’ils regardent leurs interlocuteurs en face, et serrent les mains mais n’en baisent aucune.
Genève.
Genève n’est pas seulement une capitale financière et une villégiature pour les grands, mais aussi le siège des commissions de l’ONU concernant les Droits de l’homme, entre autres la Commission de lutte contre la torture.
Bien sûr vous savez tout cela.
Quel pays généreux et astucieux!
Il vous comble de ses largesses pour torturer vos compatriotes, ensuite il vous envoie témoigner qu’il n’y a pas de torture, ce qu’il y a c’est la jalousie des envieux et les machinations des conspirateurs. Quelle astuce extraordinaire!
Je ne sais qui a conseillé votre nomination comme membre de la délégation officielle habilitée à présenter le rapport périodique sur la torture au Maroc il y a deux ans, et comment vous avez pu, vous, au siège de la Commission à Genève, carré dans votre fauteuil confortable, expliquer les attendus, commenter les notes et déclarer la bouche en coeur: «Je certifie qu’il n’y a pas de torture dans mon pays!»
Quelle déchéance et quelle bassesse!
En réalité, vous étiez très occupé. Vous n’aviez pas le temps de remarquer l’essence de l’humanité bâtie par les hommes au long des âges pierre par pierre. Vous n’avez pas entendu le cri de l’humanité après la seconde guerre mondiale «Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience, et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité».
Vous n’avez pas écouté le poète:
«Seuls possèdent la terre les oiseaux qui planent au-dessus du chant
Et seul possède l’oiseau l’espace suspendu au-dessus des arbres»
Ni écouté la pensée: «Il est clair que tout particulier qui persécute un homme,son frère, parce qu’il n’est pas de son opinion, est un monstre»
Ni entendu la parole des savants: « Il y a des hommes qui traitent d’autres hommes comme on ne traite pas les chiens. Pour leur faire peur. Pour les anéantir, les disqualifier, les annuler, les réduire. Pour déshumaniser ce qu’il y a d’humain dans les opposants. Il faut lutter contre cette forme de violence qui dégrade l’homme, celui qui la subit, mais aussi celui qui la met en pratique».
Ni la parole des Compagnons: «Quand avez-vous asservi les hommes, enfantés libres par leurs mères?»
Ni les mots de la Bible: «Qui sème l’injustice récolte le mal»
Ni la parole des prophètes: «Si un mont en opprime un autre, l’oppresseur sera broyé»
Ni la parole la plus belle et la plus sainte: «O mes serviteurs! Je me suis interdit m’injustice, l’ai interdite entre vous, ne lésez donc personne».
Epelez cela mot à mot.
Lisez-le mot par mot, et quand vous sentirez un frisson de déférence, peut-être votre âme sera-t-elle purifiée en ses replis.
La vérité est que vous n’avez eu de temps pour rien d’autre…
Quand je revois le nombre de jours que vous avez arrachés à ma vie, le nombre de plages où je ne me suis pas baigné, de beaux films que je n’ai pas vus, de matchs de foot que je n’ai pas joués, de livres que je n’ai pas lus, de mots que je n’ai pas dits, de lettres que je n’ai pas écrites, de chemins que je n’ai pas parcourus, d’amis que je n’ai pas fréquentés, d’arbres qui ne m’ont pas ombragé, de poèmes qui n’ont pas enrichi mon âme et de mot galants que je n’ai pas prononcés, de montagnes que je n’ai pas escaladées…
Quand parvient à mon oreille le cri des suppliciés jailli de gorges creusées par la souffrance, et muselées par l’aboiement des chacals. Quand j’évoque le visage des mères de disparus, la souffrance des femmes recroquevillées sur leur tristesse, et les regards éperdus des enfants…
Quand je revois tout cela, je m’interroge.
Je me demande comment nous pouvons – vous et moi- appartenir à la même patrie, nous asseoir sous les mêmes arbres, nous réchauffer au même soleil et être surpris par la même pluie, marcher sur les mêmes routes, parler la même langue et croire au même avenir…
Malgré cela, ce n’est pas de la haine que je vous porte.
Peut-être serez-vous surpris de ma capacité à pardonner.
Mais je ne peux participer à une comédie qui s’intitulerait «L’oubli», honteuse comédie qui mépriserait le droit des victimes et détruirait notre mémoire collective…
Je ne suis ni haineux ni complaisant.
Mais je ne suis pas disposé à prendre les souffrances à la légère, je ne suis pas prêt à laisser la porte ouverte, entrouverte ni même entrebaillée pour le retour de l’humiliation, de l’arbitraire et du mépris… Car je suis témoin, et suis tenu à porter témoignage, pour rendre justice à l’histoire et par souci de l’avenir, que nous ne forgeons que dans la mesure où nous croyons qu’il échappe à nos mains et rejoint les siens, les générations montantes, au sens le plus noble du mot…
Par pitié, n’invoquez pas la réputation extérieure du pays pour repousser ce message. Peut-être ne comprenez-vous pas qu’un message comme celui-ci, que je vous adresse ouvertement aujourd’hui, à mon corps défendant, est précisément la bouffée d’air qui donne au pays l’élan de vitamine qu’il a perdue depuis si longtemps…
Et vous ne saisissez pas que ce concept d’«extérieur», la vie s’est chargée de le modifier du tout au tout. Il n’y a aujourd’hui, de plus en plus, que des affaires internes à toute l’humanité ou presque…
Voici approcher l’ère dont a parlé Leibniz sans l’avoir vécue: «Chacun de nous est responsable devant tous de ce qui arrive».
Que cette porte soit verrouillée, fermée à clef, et la clef jetée dans le Triangle des Bermudes.
Se taire sur vous c’est être votre complice.
Je vous ai déjà averti que cette lettre vous ferait mal.
Mais elle est plus clémente que le silence.
Comme je crois à la nécessité de la transition démocratique au Maroc, mon pays, je dois vous faire parvenir ce message, car si je ne le proclame pas:
Je suis complice du silence qui enterre l’histoire
du silence sur les atteintes à la dignité humaine
de la destruction de la mémoire commune
j’accepte la couardise et la faiblesse devant la puissance des ténèbres et de l’humiliation
et je me moque de moi et des autres, si je crois que tourner la page du passé veut dire fermer les yeux sur vous et vous laisser là où vous êtes, en position de puissance.
Donc, par souci de la transition démocratique du Maroc, et pour ancrer la confiance et la paix véritables, il est urgent de tourner à jamais la page. Celle de la terreur.
Aussi, au nom des légions de suppliciés de ce pays
au nom de la dignité inhérente à l’homme,
au nom du pouls ardent dans les veines des humains, et qui a nom liberté,
au nom de la justice universelle révélée par la Ciel et à laquelle aspire la Création,
au nom des droits de l’homme reconnus internationalement,
publiquement,
prenant à témoin les simples citoyens
les démocrates et tous ceux qui croient en l’avenir
les policiers aux mains propres
les juges intègres
les ministres qui croient aux droits de l’homme
et tout responsable de l’Etat qui n’a pas souillé ses mains comme vous,
je vous appelle à choisir:
Ou vous démentez publiquement, avec preuves à l’appui, le contenu de cette lettre, ce qui est votre droit absolu, et en ce cas je suis prêt à un face-à-face public de la manière qui vous satisfera,
Ou vous reconnaissez que ce que j’ai dit est la vérité pure,
Et en ce cas je vous demande d’aller, vous, vos supérieurs, protecteurs, partenaires et ceux qui vous ont couvert,
D’aller en public demander pardon à vos victimes,
De démissionner de votre fonction dont vous vous êtes servi pour piétiner le droit et mépriser la dignité humaine.
Quand vous ferez ce pas, vous me trouverez à la porte à vous tendre la main… pour vous aider à reconquérir votre humanité.
Le 26 juin les Nations Unies célébreront pour la dernière fois du 20° siècle la journée mondiale de solidarité avec les victimes de la torture, j’espère vous serrer la main ce jour-là.
Sans haine ni rancune
Salah El Ouadie

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s